Dénombrement des nématodes : un bon échantillonnage et une manipulation appropriée sont la clé du succès! (1re partie)

Janice LeBoeuf, spécialiste de la culture des légumes

Le printemps est le bon moment pour prélever des échantillons dans les champs servant aux cultures horticoles afin de vérifier la présence de nématodes phytoparasites. Il y a moins de nématodes au printemps qu’à l’automne, mais les seuils actuels de nuisibilité des nématodes sont basés sur l’échantillonnage effectué au printemps.

Si vous avez déjà prélevé des échantillons pour détecter la présence de nématodes dans le sol, vous avez probablement lu (espérons-le!) les lignes directrices concernant le prélèvement d’échantillons et leur manipulation. Mais qu’arrive-t‑il si les choses ne se passent pas comme prévu et que les échantillons ne sont pas réfrigérés tout de suite ou que la personne à qui vous avez demandé de faire le prélèvement n’a pas suivi vos instructions à la lettre? Les échantillons sont‑ils quand même fiables? Quelles sont les actions sans conséquence et celles qui donneront des résultats complètement erronés? Lorsque vous vous donnez la peine de prélever des échantillons et que vous êtes sur le point de payer un laboratoire pour qu’il effectue le dénombrement des nématodes, vous devez connaître la réponse à cette question. Lire la suite

Guide pratique des ressources en ligne pour la culture légumière en grand

Janice LeBoeuf, spécialiste de la culture des légumes, MAAARO

Vous connaissez peut-être certaines de ces ressources en ligne mais, si vous êtes comme moi, un rappel est parfois utile.

Guide de production des cultures légumières du MAAARO – suppléments

http://www.omafra.gov.on.ca/english/crops/pub838/pub838-2015-supplement.pdf (en anglais pour le moment)

Le supplément 2015 du Guide de protection des cultures légumières du MAAARO est disponible en ligne en version pdf (en anglais seulement). Vous y trouverez une liste de nouveaux produits homologués et des modifications concernant les légumes en champ de novembre 2013 à novembre 2014. Si vous préférez recevoir par la poste une version imprimée, communiquez avec Janice LeBoeuf au 519-674-1699 ou écrivez-lui à janice.leboeuf@ontario.ca.

LegumesOntario.com

http://LegumesOntario.com/

Visitez et suivez LegumesOntario.com pour obtenir des renseignements à jour et opportuns sur la production légumière commerciale en Ontario, gracieuseté de l’équipe de la production légumière du MAAARO.

Outil de décision pour les cultures couvre-sol en Ontario

http://decision-tool.incovercrops.ca/

Cet outil en ligne sur les légumes et les cultures en champ permet à l’utilisateur d’introduire des renseignements précis sur son exploitation et ses objectifs lorsqu’il plante une culture couvre-sol afin d’obtenir une liste classée des couvre-sol recommandés adéquats pour son comté. Les fiches de renseignements portent sur les caractéristiques agronomiques, les pratiques de gestion, les avantages éventuels et les limites.

LIcultures Ontario

http://www.omafra.gov.on.ca/IPM/french/index.html

Vous trouverez sur ce site des photos et des renseignements sur les ravageurs de nombreuses cultures légumières et fruitières au Canada, et bien plusencore. Vous y trouverez aussi de l’information sur la lutte intégrée contre les ravageurs, le diagnostic des problèmes du sol et l’identification des lésions causées par les herbicides.

Maladies et ravageurs des cultures légumières au Canada

http://phytopath.ca/wp-content-upload/2004/10/MRCLC/MRCL%20OC.tf

C’est la version pdf d’un ouvrage de référence classique épuisé depuis plusieurs années.

Promo-Culture

http://www.omafra.gov.on.ca/CropOp/fr/index.html

Le site Promo-Culture est conçu pour aider les cultivateurs à effectuer le passage vers des cultures spéciales ou non traditionnelles. Vous y trouverez un aperçu global des données de production sur une vaste gamme de cultures spéciales.

ONspecialtycrops (en anglais seulement)

https://onspecialtycrops.wordpress.com/

Voici l’endroit où obtenir des renseignements opportuns sur la production culturale et les événements qui concernent les producteurs de cultures spécialisées et les membres intéressés de l’industrie en Ontario.

Recherche dans les étiquettes de pesticides de l’ARLA

http://pr-rp.hc-sc.gc.ca/ls-re/index-fra.php

Lisez l’étiquette! Voilà l’endroit où vous trouverez les étiquettes les plus récentes sur les produits antiparasitaires homologués au Canada.

Faites-moi savoir quelles sont vos ressources en ligne favorites pour la production légumière en grand en m’écrivant à janice.leboeuf@ontario.ca ou à @ontariotomato sur Twitter.

Tache bactérienne des haricots mange-tout

Michael Celetti,  phytopathologiste et chargé de programme, cultures horticoles/MAAARO

Elaine Roddy, spécialiste des légumes/MAAARO

La tache bactérienne est une maladie grave des haricots mange-tout, particulièrement certaines variétés jaunes. La maladie a provoqué des dommages dans quelques champs de haricots mange-tout en Ontario, le mois dernier. La maladie est causée par une bactérie (Pseudomonas syringae pv. syringae) qui hiverne dans les débris antérieurement infectés de haricots mange-tout ou sur des graines contaminées. Lorsque la pathogène bactérien a été introduit dans un champ, il peut affecter les plantes et se multiplier sur les nouveaux re-semis spontanés de haricots mange-tout. On a également découvert que la bactérie peut survivre pendant un certain temps sur la surface des plantes sans causer de symptômes pathologiques.

Lire la suite

Technologie de dépistage en culture légumière

Bien sûr, nous avons tous une loupe simple, un canif, un ordinateur-cartable (ou dispositif électronique) et autres outils de base pour le dépistage en culture, mais qu’est-ce que vous utilisez d’autre comme technologie plus spécialisée pour porter vos diagnostics?

Voici quelques idées. Veuillez ajouter vos observations dans le blogue LégumesOntario et nous pourrons mettre la liste à jour.

Microscopes numériques dans les champs Lire la suite

L’endosulfan : Quoi de neuf?

Denise Beaton, chargée de programme, protection des cultures, MAAO et MAR

Marion Paibomesai, spécialiste de la culture des légumes, MAAO et MAR

 

Dernièrement, de nombreuses questions nous sont parvenues à propos de l’endosulfan, surtout en ce qui a trait aux produits et utilisations qui demeurent homologués. Nous constatons maintenant beaucoup de confusion. Nous essaierons de répondre sur la même page à plusieurs questions pour que nous sachions tous de quoi il s’agit : qui, quoi, où, quand et pourquoi?

À titre de brève mise en contexte, l’Agence de réglementation de la lutte antiparasitaire (ARLA) de Santé Canada a mené une réévaluation des utilisations de l’endosulfan au Canada. En 2010, l’ARLA a conclu que toutes les utilisations de l’endosulfan ne pouvaient plus être appuyées. Dans le cadre de consultations avec les parties intéressées, l’Agence a identifié les utilisations où aucune solution de remplacement n’existait. Pour ces utilisations, on a accordé un délai plus long de retrait progressif, pour laisser le temps de trouver des solutions de rechange. En février 2011, l’ARLA a divulgué les dates de retrait des produits contenant de l’endosulfan, ainsi que les mesures d’atténuation requises pour mieux protéger les travailleurs et l’environnement; vous pouvez en prendre connaissance dans le document de consultation intitulé REV2011-01 – Abandon de l’endosulfan.

Lire la suite

Solutions pour les champs ouverts au milieu de l’été

Anne Verhallen, spécialiste de la gestion des sols (horticulture)

Il semble bien que cette année, il y ait de nombreuses raisons pour avoir des champs ouverts au milieu de l’été, depuis les champs de betteraves à sucre ou de tomates endommagés par l’eau jusqu’aux maïs de semence endommagés par le vent et par la tempête en passant par les pois ou les haricots mange-tout récoltés en tourbières inondées. Toutes ces situations posent un certain nombre de problèmes et offrent également un certain nombre de possibilités. Alors, que faire?

  1. La première chose évidente à faire consiste, bien entendu, à attendre que le champ soit suffisamment sec pour vous permettre de combler les ornières éventuelles. Travaillez le champ afin de percer le sol, particulièrement dans les zones où il y a eu des eaux stagnantes.
  2. La deuxième chose à faire, moins évidente, consiste à planter une culture de couverture permettant de fixer l’azote, d’éliminer les mauvaises herbes et de rétablir la structure du sol. Lire la suite