Tache bactérienne des haricots mange-tout

Michael Celetti,  phytopathologiste et chargé de programme, cultures horticoles/MAAARO

Elaine Roddy, spécialiste des légumes/MAAARO

La tache bactérienne est une maladie grave des haricots mange-tout, particulièrement certaines variétés jaunes. La maladie a provoqué des dommages dans quelques champs de haricots mange-tout en Ontario, le mois dernier. La maladie est causée par une bactérie (Pseudomonas syringae pv. syringae) qui hiverne dans les débris antérieurement infectés de haricots mange-tout ou sur des graines contaminées. Lorsque la pathogène bactérien a été introduit dans un champ, il peut affecter les plantes et se multiplier sur les nouveaux re-semis spontanés de haricots mange-tout. On a également découvert que la bactérie peut survivre pendant un certain temps sur la surface des plantes sans causer de symptômes pathologiques.

Les symptômes de la tache bactérienne sur les haricots mange-tout se présentent d’abord sous forme de petites lésions humides, habituellement observées sous les feuilles. Au fil du mûrissement des lésions, elles brunissent et le tissu mort au centre peut tomber, donnant à la feuille infectée un aspect « troué » (figure 1). Parfois, les lésions peuvent être entourées d’une petite bordure jaune pâle ou vert pâle. La bactérie peut également infecter les gousses et faire naître des taches brunes humide, rendant le produit invendable (figure 2).

Les facteurs environnementaux ont un effet considérable sur les cas et la gravité des taches bactériennes dans les champs de haricots mange-tout. Les éclaboussures par la pluie ou l’irrigation par aspersion en hauteur propagent le pathogène aux autres plantes dans l’ensemble du champ ou dans les champs voisins. Les épidémies ou les éclosions sévères localisées de la maladie sont favorisées par temps très humide à température de modérée à chaude (26o C). La pluie chassée par le vent ou la grêle créant des blessures par lesquelles le pathogène peut infecter les feuilles amplifie souvent l’infection, ainsi que le développement et l’incidence de la maladie. La bactérie peut également affecter la plante par des ouvertures naturelles des feuilles et des gousses, mais elle est souvent la plus sévère après une forte pluie ou un orage où le vent a provoqué des dommages, si suivent des jours chauds et très humides. Ces conditions idéales ont été observées à nombre d’endroits dans le Sud de l’Ontario plus tôt au cours de la saison. La bactérie peut se répandre davantage sur les vêtements contaminés ou la machinerie agricole, lorsque les plantes sont humides.

 Répression :

  • enfouissez les tissus malades profondément dans le sol;
  • plantez des haricots mange-tout une fois aux trois ou quatre ans, n’effectuez pas de rotation avec les haricots pinto, communs ou les haricots secs pendant cette période;
  • procédez à la répression des haricots spontanés qui peuvent pousser dans le champ pendant les années subséquentes;
  • plantez des graines certifiées sans maladie, si possible, utilisez des variétés résistantes;
  • ne travaillez pas dans un champ où la maladie est présente, particulièrement si le champ est humide parce qu’il a plu, qu’il a été irrigué ou que la rosée est tombée;
  • nettoyez à fond le matériel, y compris les récolteuses et les outils après usage dans un champ atteint par la maladie et avant de passer à un autre champ ou champ sain;
  • travaillez dans les champs atteints par la maladie en dernier, de façon à éviter la propagation de la maladie aux champs sains.

Procédez à l’épandage d’un agent à base de cuivre homologué, dans suffisamment d’eau pour pénétrer le couvert, aux sept à 10 jours, particulièrement si les conditions environnementales sont propices à l’infection et à la propagation de la maladie. Suivre les directives sur l’étiquette, particulièrement les délais d’attente. D’après les recherches, l’épandage de produits homologués à base de cuivre, même après l’établissement de la maladie dans un champ, n’élimine pas celle-ci, mais réduit considérablement sa gravité et sa propagation. En cas de grêle ou d’orage assorti de vents provoquant des dommages dans un champ, peu importe si la maladie est présente ou non, procédez à au moins une application préventive de produits à base de cuivre immédiatement après l’événement traumatisant.

Figure 1. Les lésions de taches bactériennes à maturité brunissent et prennent une teinte grise sur le tissu mort au centre.

Figure 1. Les lésions de taches bactériennes à maturité brunissent et prennent une teinte grise sur le tissu mort au centre.

Figure 2. Les lésions provoquées par la tache bactérienne sur les gousses de haricot mange-tout ont un aspect de taches brunes humides.

Figure 2. Les lésions provoquées par la tache bactérienne sur les gousses de haricot mange-tout ont un aspect de taches brunes humides.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s