Le mildiou en Ontario

Michael Celetti, phytopathologiste et chargé de programme, cultures horticoles/MAAARO

On considère que le mildiou est une maladie communautaire. Lorsqu’il est décelé dans une région, toutes les cultures vulnérables à proximité sont menacées. Il est important que les producteurs de tomates et de pommes de terre, particulièrement dans le comté de Simcoe, appliquent un programme régulier et efficace de fongicide pour protéger leurs cultures. On parvient à réprimer au maximum la maladie en procédant à l’épandage de fongicides avant l’arrivée du pathogène et de l’infection. Ceux qui font la culture classique de la tomate, qui appliquent un programme régulier d’épandage de fongicide pour protéger leurs cultures de l’anthracnose, de l’alternariose (ou brûlure bactérienne) ou de la bactériose, les protègent également contre le mildiou, mais des fongicides plus spécifiques au mildiou pourraient aussi être nécessaires (voir la publication 838 du MAAARO).

Lire la suite

Le point sur le mildiou

Ceux qui font de la culture classique de la tomate et qui exécutent un programme antifongique recommandé contre l’alternariose, la septoriose et l’anthracnose protègent également leurs cultures contre le mildiou. Le mildiou rencontre des conditions propices si le temps est nuageux ou humide ou que le taux d’humidité est élevé. Le pathogène préfère des températures plus clémentes. Par temps chaud et sec, la maladie disparaît, mais elle peut continuer à se développer et à se répandre en cas de retour de conditions adéquates. Lire la suite