Lutte contre la gale bactérienne dans les tomates de champ en Ontario : il est temps d’actualiser nos méthodes

Cheryl Trueman, campus de Ridgetown, Université de Guelph; Janice LeBoeuf, spécialiste de la culture des légumes, MAAARO

La gale bactérienne, causée par un groupe de bactéries du genre Xanthomonas, est une menace permanente pour les producteurs ontariens de tomates de champ. Pendant de nombreuses années, on a eu recours à un programme de pulvérisation de bouillies à base de cuivre insoluble pour lutter contre la gale bactérienne dans les plants en motte et les tomates de champ. Les producteurs de plants de repiquage ont été informés d’appliquer du bactéricide à base de cuivre insoluble deux semaines et demie après les semis à intervalles de cinq jours pour un total de cinq applications. Pour les tomates de champ, on recommandait de commencer les traitements de cuivre dans les sept jours suivant le repiquage, comprenant au moins trois applications à sept jours d’intervalle. Sachant que le cuivre et d’autres produits sont relativement peu efficaces contre les maladies bactériennes, la stratégie avait pour but de maîtriser partiellement les populations en début de saison quand ces dernières sont encore peu élevées. Une fois les symptômes sont apparus, les populations de bactéries sont tellement élevées qu’on ne s’attend plus à ce que le traitement ait un effet significatif sur l’évolution de la maladie en ayant recours à un programme de pulvérisations.

P1000636cs Lire la suite

Advertisements

Trois façons de réduire la dérive hors cible

Dr Jason S. T. Deveau, spécialiste de la technologie d’application des pesticides et Tara Wiedeman, étudiante-chercheuse d’été/MAAARO

Les dérives d’herbicides hors cible sont inexcusables, car l’opérateur de l’appareil de pulvérisation est en mesure de réduire l’impact potentiel en utilisant ces méthodes :

  • Vitesse apparente du vent (c.-à-d. la somme de la vitesse du vent et de la vitesse d’avancement);
  • Hauteur de la rampe de pulvérisation (c.-à-d. la hauteur dégagée);
  • Taille des gouttelettes (c.-à-d. la qualité du jet pulvérisé).

Lire la suite

L’endosulfan : Quoi de neuf?

Denise Beaton, chargée de programme, protection des cultures, MAAO et MAR

Marion Paibomesai, spécialiste de la culture des légumes, MAAO et MAR

 

Dernièrement, de nombreuses questions nous sont parvenues à propos de l’endosulfan, surtout en ce qui a trait aux produits et utilisations qui demeurent homologués. Nous constatons maintenant beaucoup de confusion. Nous essaierons de répondre sur la même page à plusieurs questions pour que nous sachions tous de quoi il s’agit : qui, quoi, où, quand et pourquoi?

À titre de brève mise en contexte, l’Agence de réglementation de la lutte antiparasitaire (ARLA) de Santé Canada a mené une réévaluation des utilisations de l’endosulfan au Canada. En 2010, l’ARLA a conclu que toutes les utilisations de l’endosulfan ne pouvaient plus être appuyées. Dans le cadre de consultations avec les parties intéressées, l’Agence a identifié les utilisations où aucune solution de remplacement n’existait. Pour ces utilisations, on a accordé un délai plus long de retrait progressif, pour laisser le temps de trouver des solutions de rechange. En février 2011, l’ARLA a divulgué les dates de retrait des produits contenant de l’endosulfan, ainsi que les mesures d’atténuation requises pour mieux protéger les travailleurs et l’environnement; vous pouvez en prendre connaissance dans le document de consultation intitulé REV2011-01 – Abandon de l’endosulfan.

Lire la suite

Les acaricides pour les légumes-fruits

Janice LeBoeuf, spécialiste de la culture des légumes

Récemment, plusieurs acaricides ont été homologués au Canada pour les légumes de plein champ. Pour vous aider à savoir ce qu’il en est, voici quelques tableaux faciles à consulter concernant les légumes-fruits.

Les tétranyques sont habituellement maintenues sous contrôle par leurs ennemis naturels, mais il est possible que les populations explosent lorsque les conditions sont très favorables aux acariens ou que les populations ennemies naturelles ont été dévastées par l’épandage d’insecticides. Certains insecticides organophosphatés et pyréthroïdes incitent en fait les tétranyques à se reproduire plus rapidement. Lire la suite

Lutte contre les thrips de l’oignon – Partie II : les différents produits

Marion Paibomesai, spécialiste de la culture des légumes; Mary Ruth McDonald et Michael Tesfaendrias, Station de recherche sur la culture de terres noires, Université de Guelph

Il s’agit de la seconde partie de l’article sur la lutte contre les thrips de l’oignon élaboré à partir des renseignements obtenus lors de la conférence sur la culture de terre organique qui s’est tenue début 2013 à Bradford, en Ontario. Reportez-vous à la partie I pour apprendre à dépister les thrips de l’oignon. Rédigé à partir des documents présentés lors de la conférence sur la culture de terre organique, cet article porte sur les produits antiparasitaires de lutte contre les thrips. Lire la suite

Actualités 2013 sur la punaise marbrée en Ontario

Hannah Fraser, chef du programme d’entomologie (horticulture); Denise Beaton, chargée de programme, protection des cultures

Le premier signalement officiel de punaise marbrée en Ontario est venu d’un propriétaire de Hamilton à l’automne 2010. Depuis, il y a eu plus de 90 cas confirmés de détection par des propriétaires en zone urbaine et une population en âge de se reproduire a été identifiée dans la région d’Hamilton à l’été 2012. La majorité des détections concerne Hamilton/Burlington à l’automne 2012 et l’hiver 2013 (les adultes s’installent à l’intérieur des bâtiments pour passer l’hiver), mais la punaise marbrée a également été détectée dans la région du Grand Toronto, Newboro, Windsor et plus récemment Cedar Springs. Avec l’augmentation de la sensibilisation de la population à la présence de la punaise marbrée, il est probable que les détections et les signalements se multiplient en Ontario. Lire la suite

Le mélange en cuve et la comptabilité des pesticides – essai de floculation (flacon)

Jason S. T. Deveau, PhD, spécialiste de la technologie d’application des pesticides, MAAO et MAR;
James D. Reiss, Precision Laboratories;
Helmut Speiser, ingénieur agricole, MAAO et MAR

Pensez-vous vous servir d’un nouveau mélange en cuve cette année? Peut-être deux nouveaux fongicides, ou un nouvel adjuvant? Avant de vous risquer à utiliser un nouveau mélange en cuve non testé, assurez-vous de bien savoir ce que vous faites. Les utilisateurs de pesticides de la catégorie à usage commercial pour la protection phytosanitaire ou la gestion de la végétation peuvent appliquer des mélanges en cuve non mentionnés sur l’étiquette des pesticides homologués s’ils respectent les conditions suivantes :

Lire la suite