Stratégies de lutte contre la punaise marbrée

Hannah Fraser, chef de programme d’entomologie – horticulture/MAAARO

 

La punaise marbrée est un ravageur relativement nouveau, et nous approfondissons nos connaissances sur sa biologie et comment la contrôler. Les seuils et les programmes de lutte sont en cours d’élaboration aux États-Unis, dans les zones où la punaise marbrée est en grand nombre1. Le dépistage est toujours important, à la fois dans la culture et dans ​​les plantes hôtes du paysage environnant. Le nerprun, le Catalpa, le cerisier rouge, le chèvrefeuille, le lilas, l’érable négondo, le noyer noir et l’ailante sont des hôtes sauvages hâtifs qui favorisent le développement de la punaise marbrée, mais il y en a beaucoup d’autres (figure 1). Les femelles pondent souvent leurs œufs sur ces hôtes dans les zones non aménagées, permettant ainsi à leurs nombres de s’accumuler (sans être détectés). Le phénomène qui déclenche leur migration des hôtes sauvages aux cultures pendant la saison est encore à l’étude, mais il est fort probable qu’il s’agisse d’une question de densité de population, de taux d’humidité, de l’évolution de la qualité des ressources ou des besoins nutritionnels du ravageur. Portez une attention particulière aux parcelles où les cultures voisines sont déjà récoltées; les cultures plus tardives, comme les pommes et les raisins (après la véraison) sont à haut risque.

Lire la suite

Advertisements

La punaise marbrée, qu’en est-il maintenant?

Hannah Fraser, ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation et ministère des Affaires rurales, Tara Gariepy, Agriculture et Agroalimentaire Canada, et Cynthia Scott-Dupree, Université de Guelph

05hrt14a1f1Les enquêtes menées en 2012-2013* ont permis de confirmer l’établissement d’une espèce envahissante, la punaise marbrée, dans la ville de Hamilton et à Newboro (comté de Leeds et Grenville) en Ontario. Par « établi », il faut entendre que nous avons décelé à ces endroits à la fois des adultes de l’insecte et des spécimens immatures au stade larvaire. Dans les deux cas, les découvertes d’adultes (figure 1) et de nymphes (figure 2) faisaient suite à au moins deux années de rapports de confirmation de propriétaires de la région. De plus, nous avons également piégé des adultes de la punaise marbrée dans des exploitations agricoles près de Cedar Springs et de Waterdown. Même si ce ravageur n’a pas été décelé dans les cultures à aucun de ces endroits, on a capturé un grand nombre d’adultes sur plusieurs semaines, preuve qu’il est probablement établi à proximité (vraisemblablement des populations de faible densité). Dans le cas de Cedar Springs, on a trouvé un adulte chez un propriétaire (à l’intérieur) plus tôt au cours de l’année et, bien sûr, Waterdown est très près des zones connues d’infestation de Hamilton.

Lire la suite

Lutte contre les thrips de l’oignon – Partie II : les différents produits

Marion Paibomesai, spécialiste de la culture des légumes; Mary Ruth McDonald et Michael Tesfaendrias, Station de recherche sur la culture de terres noires, Université de Guelph

Il s’agit de la seconde partie de l’article sur la lutte contre les thrips de l’oignon élaboré à partir des renseignements obtenus lors de la conférence sur la culture de terre organique qui s’est tenue début 2013 à Bradford, en Ontario. Reportez-vous à la partie I pour apprendre à dépister les thrips de l’oignon. Rédigé à partir des documents présentés lors de la conférence sur la culture de terre organique, cet article porte sur les produits antiparasitaires de lutte contre les thrips. Lire la suite

Lutte contre les thrips de l’oignon – Partie I : identification et surveillance

Marion Paibomesai, spécialiste de la culture des légumes; Mary Ruth McDonald et Michael Tesfaendrias, Station de recherche sur la culture de terres noires, Université de Guelph

Lors de la conférence de 2013 sur la culture de terre organique qui s’est tenue à Bradford, en Ontario, Mme Mary Ruth McDonald, de l’Université de Guelph, a fourni des renseignements précieux concernant les stratégies de lutte contre les thrips dans les conditions de croissance de l’Ontario. Mme Christy Hoepting, du Cornell Cooperative Extension Vegetable Program, a fait un exposé des plus instructifs sur la lutte contre ces insectes ravageurs et la recherche continue effectuée en la matière dans l’État de New York. Dans cet article, nous allons en premier lieu étudier la raison pour laquelle les thrips de l’oignon représentent un si grand problème, ainsi que la manière d’en faire le dépistage, avant de discuter dans une seconde partie des stratégies de lutte.  Lire la suite

Actualités 2013 sur la punaise marbrée en Ontario

Hannah Fraser, chef du programme d’entomologie (horticulture); Denise Beaton, chargée de programme, protection des cultures

Le premier signalement officiel de punaise marbrée en Ontario est venu d’un propriétaire de Hamilton à l’automne 2010. Depuis, il y a eu plus de 90 cas confirmés de détection par des propriétaires en zone urbaine et une population en âge de se reproduire a été identifiée dans la région d’Hamilton à l’été 2012. La majorité des détections concerne Hamilton/Burlington à l’automne 2012 et l’hiver 2013 (les adultes s’installent à l’intérieur des bâtiments pour passer l’hiver), mais la punaise marbrée a également été détectée dans la région du Grand Toronto, Newboro, Windsor et plus récemment Cedar Springs. Avec l’augmentation de la sensibilisation de la population à la présence de la punaise marbrée, il est probable que les détections et les signalements se multiplient en Ontario. Lire la suite

Les altises dans les cultures de brassicacées

Marion Paibomesai, spécialiste des cultures légumières

Quelles espèces d’altises s’attaquent aux cultures de brassicacées en Ontario?
L’altise des crucifères (Phyllotreta cruciferae) et l’altise rayée (Phyllotreta striolata) sont deux espèces d’insectes qui se nourrissent souvent des cultures de brassicacées en Ontario. Selon certains rapports, l’altise des crucifères serait plus courante en Ontario que l’altise rayée.

Lire la suite