Dénombrement des nématodes : un bon échantillonnage et une manipulation appropriée sont la clé du succès! (2e partie)

Janice LeBoeuf, spécialiste de la culture des légumes, MAAARO, Ridgetown

Dans la première partie du présent article, nous avons parlé d’un projet dans le cadre duquel le personnel du MAAARO a mis à l’essai des scénarios concernant le prélèvement d’échantillons de sol pour la détection des nématodes et la manipulation des échantillons afin de déterminer comment des résultats erronés pourraient se produire et les répercussions possibles. Lire la suite

Advertisements

Dénombrement des nématodes : un bon échantillonnage et une manipulation appropriée sont la clé du succès! (1re partie)

Janice LeBoeuf, spécialiste de la culture des légumes

Le printemps est le bon moment pour prélever des échantillons dans les champs servant aux cultures horticoles afin de vérifier la présence de nématodes phytoparasites. Il y a moins de nématodes au printemps qu’à l’automne, mais les seuils actuels de nuisibilité des nématodes sont basés sur l’échantillonnage effectué au printemps.

Si vous avez déjà prélevé des échantillons pour détecter la présence de nématodes dans le sol, vous avez probablement lu (espérons-le!) les lignes directrices concernant le prélèvement d’échantillons et leur manipulation. Mais qu’arrive-t‑il si les choses ne se passent pas comme prévu et que les échantillons ne sont pas réfrigérés tout de suite ou que la personne à qui vous avez demandé de faire le prélèvement n’a pas suivi vos instructions à la lettre? Les échantillons sont‑ils quand même fiables? Quelles sont les actions sans conséquence et celles qui donneront des résultats complètement erronés? Lorsque vous vous donnez la peine de prélever des échantillons et que vous êtes sur le point de payer un laboratoire pour qu’il effectue le dénombrement des nématodes, vous devez connaître la réponse à cette question. Lire la suite

Le mildiou en Ontario

Michael Celetti, phytopathologiste et chargé de programme, cultures horticoles/MAAARO

On considère que le mildiou est une maladie communautaire. Lorsqu’il est décelé dans une région, toutes les cultures vulnérables à proximité sont menacées. Il est important que les producteurs de tomates et de pommes de terre, particulièrement dans le comté de Simcoe, appliquent un programme régulier et efficace de fongicide pour protéger leurs cultures. On parvient à réprimer au maximum la maladie en procédant à l’épandage de fongicides avant l’arrivée du pathogène et de l’infection. Ceux qui font la culture classique de la tomate, qui appliquent un programme régulier d’épandage de fongicide pour protéger leurs cultures de l’anthracnose, de l’alternariose (ou brûlure bactérienne) ou de la bactériose, les protègent également contre le mildiou, mais des fongicides plus spécifiques au mildiou pourraient aussi être nécessaires (voir la publication 838 du MAAARO).

Lire la suite

Technologie de dépistage en culture légumière

Janice LeBoeuf, spécialiste de la culture des légumes

Bien sûr, nous avons tous une loupe simple, un canif, un ordinateur-cartable (ou dispositif électronique) et autres outils de base pour le dépistage en culture, mais qu’est-ce que vous utilisez d’autre comme technologie plus spécialisée pour porter vos diagnostics?

Voici quelques idées. Veuillez ajouter vos observations dans le blogue LégumesOntario et nous pourrons mettre la liste à jour. Lire la suite

Le prochain échelon de résistance aux herbicides – la résistance croisée

Kristen Obeid, chargée de programme, lutte contre les mauvaises herbes, horticulture – MAAO et MAR

Les populations de mauvaises herbes résistant aux herbicides sont désormais présentes partout en Ontario. Le nombre d’espèces résistantes et de zones affectées par la résistance ne cessent d’augmenter. Pour nombre de producteurs, la lutte contre les mauvaises herbes repose fortement sur les herbicides, car ils sont à la fois efficaces par rapport au coût et simples d’utilisation, ce qui a entraîné de fortes pressions sélectives de résistance aux herbicides dans les populations des diverses espèces de mauvaises herbes.

Lire la suite

Les cultures de couverture : tant d’autres choses à apporter!

Anne Verhallen, spécialiste de la gestion des sols — cultures horticoles 

Les cultures de couverture constituent une solution incontournable pour les terres végétales : elles tiennent sur le sol et empêchent la terre d’être « soufflée » au printemps, elles agissent comme un filtre et fixent les sols durant les périodes de fortes précipitations et enfin, elles aident à stabiliser les fourrières des champs et les allées de récolte. Mais les cultures de couverture peuvent apporter encore bien d’autres choses au système de production des cultures. Lire la suite

Préparez-vous pour les cultures couvre-sol….d’été

Anne Verhallen, spécialiste de la gestion des sols, cultures horticoles, MAAO et MAR

Les récentes températures fraîches ressemblent à celles du printemps, mais l’été est déjà à notre porte. Alors que les cultures précoces comme les pois, les radis, etc., sont récoltées, envisagez de planter des cultures couvre-sol. Les prix élevés des fèves de soya peuvent vous faire rêver de doubler vos cultures, mais il vous faut tenir compte du coût. Voici une occasion formidable de redonner quelque chose à votre sol, afin de garantir une productivité à long terme grâce à l’utilisation de cultures couvre-sol régénératrices.

Lire la suite