Le prochain échelon de résistance aux herbicides – la résistance croisée

Kristen Obeid, chargée de programme, lutte contre les mauvaises herbes, horticulture – MAAO et MAR

Les populations de mauvaises herbes résistant aux herbicides sont désormais présentes partout en Ontario. Le nombre d’espèces résistantes et de zones affectées par la résistance ne cessent d’augmenter. Pour nombre de producteurs, la lutte contre les mauvaises herbes repose fortement sur les herbicides, car ils sont à la fois efficaces par rapport au coût et simples d’utilisation, ce qui a entraîné de fortes pressions sélectives de résistance aux herbicides dans les populations des diverses espèces de mauvaises herbes.

On croit souvent que les mauvaises herbes changent ou mutent et deviennent résistantes. Toutefois, d’après les chercheurs du domaine, les mauvaises herbes ne changent absolument pas. Au lieu de cela, ce sont les populations qui changent. Les mauvaises herbes résistantes ont toujours été présentes en faibles populations. Lorsqu’on utilise tel ou tel herbicide, il lutte contre les types de mauvaises herbes à sensibilité normale, ce qui ouvre la porte à l’augmentation des populations résistantes. Par conséquent, lorsque les producteurs disent que leurs « mauvaises herbes sont devenues résistantes », ce qu’ils veulent vraiment dire, c’est que la population de mauvaises herbes résistantes a augmenté considérablement et que la population de mauvaises herbes sensibles a diminué.

À mesure que nous en savons plus sur la résistance aux herbicides, il faut signaler qu’un effet secondaire malheureux est que certains échecs des herbicides dus aux mauvais temps, à des mauvaises herbes trop grosses ou à un épandage inadéquat sont perçus comme des problèmes de résistance aux herbicides. Ne soupçonnez pas qu’il y ait résistance aux herbicides à moins qu’un échec réponde aux caractéristiques suivantes :

  •  Le même herbicide a été utilisé année après année;
  • Une mauvaise herbe, qui devait normalement être réprimée, ne l’est pas même si d’autres mauvaises herbes le sont;
  • Une parcelle de mauvaises herbes non contrôlées prend de l’expansion;
  • Les mauvaises herbes en santé sont mélangées aux mauvaises herbes contrôlées (de la même espèce).

 Même si un échec de répression a ces caractéristiques, il ne s’agit pas d’un diagnostique absolu de résistance aux herbicides. Pour confirmer, faites faire un essai de résistance de vos mauvaises herbes.

Plus nous connaissons les mauvaises herbes résistant aux herbicides, plus nous constatons que nombre d’espèces acquièrent une résistance croisée aux herbicides. Il faut entendre par résistance croisée la capacité d’une population de mauvaises herbes de résister à deux ou à plusieurs herbicides. Cela peut arriver même si la population de mauvaises herbes n’a jamais été exposée à l’un des herbicides. Pour quelle raison? De nos jours, il existe sur le marché plus de 100 herbicides différents, mais nombre d’entre eux fonctionnent exactement de la même façon ou, en d’autres termes, ont le même mode d’action. Moins de 20 mécanismes de croissance des plantes sont affectées par les herbicides actuels.

Si un champ est infesté de mauvaises herbes manifestant une résistance croisée aux herbicides, il est possible que le producteur constate une perte de rendement parce que les mauvaises herbes concurrentes ne sont pas réprimées. De plus, les producteurs peuvent devoir assumer des coûts plus élevés s’ils ne peuvent plus utiliser plusieurs herbicides économiques.

 Si vous soupçonnez un problème de résistance :

  • Utilisez des herbicides dont le mode d’action est différent pour réprimer les mauvaises herbes qui ont échappé au traitement.
  • Ne laissez pas les mauvaises herbes monter en graine.
  • Utilisez les pratiques culturales courantes, par exemple le travail du sol.
  • Communiquez avec le MAAO, votre concessionnaire ou votre représentant des ventes.
  • Faites faire des essais de résistance sur vos mauvaises herbes (personne-ressource : kristen.obeid@ontario.ca).

La résistance aux herbicides est un domaine complexe. Nombre de malherbologistes font des mises en garde contre les risques cachés de la rotation des herbicides modernes. Puisque tant d’herbicides modernes ont le même mode d’action, le producteur peut bien procéder à la rotation des cultures et des herbicides, il risque de se retrouver quand même avec un problème de résistance. Le mode d’action pourrait être le même, même si on fait la rotation des cultures et des produits chimiques.

Prêtez attention au mode d’action (qu’on appelle également numéro du groupe d’herbicide) dans le coin supérieur droit de l’étiquette de l’herbicide. La publication 75 du MAAO, Guide de lutte contre les mauvaises herbes, contient également une liste de tous les numéros de groupes d’herbicides au Tableau 4-1.

 Référence :

http://extension.missouri.edu/p/G4907

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s