Pourquoi faire le dépistage des mauvaises herbes après une application d’herbicide?

Kristen Callow, chargée de programme, lutte contre les mauvaises herbes – cultures horticoles, MAAO et MAR

Fig. 1 - why scout weeds

Selon moi, il n’est jamais trop tôt pour s’organiser et décider les priorités de la prochaine saison de croissance. Il est important, par exemple, de planifier quelle culture sera semée dans chaque champ, ainsi que de prévoir les herbicides qui seront appliqués. Alors, pourquoi ne pas commencer à penser dès maintenant à comment et quand se fera le dépistage des mauvaises herbes dans les champs, et prévoir ce que vous comptez faire des mauvaises herbes qui auront échappé aux traitements. Je crois sincèrement que le dépistage est la seule manière de savoir avec certitude s’il y a des mauvaises herbes dans le champ, ce qui vous aidera à évaluer comment gérer les populations changeantes de mauvaises herbes avec le temps. Au bout du compte, le dépistage de mauvaises herbes vous sauvera temps et argent au cours des années. Vous pouvez me croire! Je sais qu’il peut sembler fastidieux de faire le dépistage, mais cette pratique est absolument nécessaire parce qu’elle vous fera épargner de l’argent et beaucoup de maux de tête.

De nombreux facteurs peuvent contribuer à la présence de mauvaises herbes après un traitement herbicide et plus tard au cours de la saison de croissance. Le dépistage est la seule manière de savoir quelles sont les mauvaises herbes présentes et la manière dont elles sont réparties dans le champ peut vous aider à comprendre pourquoi elles sont présentes.

Méthodes recommandées pour le dépistage des mauvaises herbes après un traitement herbicide :

  • Parcourir les champs 7 à 14 jours après chaque traitement herbicide et aux environs de la récolte.
  • Identifier et consigner les espèces de mauvaises herbes observées.
  • Établir les modes de répartition des mauvaises herbes dans le champ. Si possible, faire le lien avec l’itinéraire suivi durant l’application ou préciser que la distribution est aléatoire.
  • Établir si les plants qui sont présents ont survécu à une application antérieure d’herbicide ou sont apparus après le dernier traitement d’herbicide.
  • Observer les réactions individuelles des plants, surtout si des plants ont survécu à une application d’herbicide.
  • Examiner l’historique du champ afin de comprendre les changements qui peuvent se produire.

Il est extrêmement important de vérifier et d’éliminer tous les autres facteurs qui peuvent nuire au rendement du traitement herbicide avant de soupçonner l’apparition de résistance. Les pratiques culturales, les applications de produits chimiques et le désherbage mécanique par le passé ont tous un effet sur les populations actuelles de mauvaises herbes. Ces pratiques peuvent aussi permettre d’entrevoir la possibilité que certaines populations de mauvaises mauvaises puissent devenir résistantes à l’herbicide. Voici quelques points importants dont il faut tenir compte :

  • Le nombre de modes d’action différents des herbicides utilisés dans le cadre d’une rotation.
  • Le nombre et les espèces des cultures utilisées dans la rotation.
  • L’utilisation de méthodes de désherbage mécaniques et culturales.
  • La présence d’espèces de mauvaises herbes, incluant leur densité et leur distribution, avec le temps.

Moins les pratiques de désherbage utilisées sont diversifiées, plus la probabilité que des populations de mauvaises herbes résistantes aux herbicides apparaissent est élevée. Le phénomène peut se produire lorsqu’on réduit le nombre de modes d’action herbicide utilisés avec ou sans réduction simultanée des méthodes de lutte mécaniques et culturales. Au début de l’apparition du phénomène de résistance, les mauvaises herbes résistantes aux herbicides peuvent être réparties ici et là individuellement dans le champ, ou être présentes par petits lots individuels ou multiples. Plus tard, lorsque les populations de mauvaises herbes résistantes à l’herbicide se sont développées, on peut observer de petites, moyennes ou grosses et denses sections de mauvaises herbes dans le champ.

Lorsque seulement quelques plants ont survécu à l’application d’herbicide et au cours des premières années d’apparition de résistance, on peut envisager de retirer manuellement les mauvaises herbes et d’adopter à l’avenir des stratégies de désherbage. Par contre, si on attend de se retrouver avec de nombreuses sections très denses de mauvaises herbes au cours des années subséquentes, on risque de subir des baisses de profit en raison des pertes de rendement et de la hausse du coût des intrants.

Il est utile de tenir des registres sur les populations de mauvaises herbes, en notant leur densité et leur distribution, afin de consigner les changements importants qui peuvent survenir dans le champ, et de faire les adaptations nécessaires pour de futures stratégies de désherbage.

En résumé, il est important de se rappeler que le dépistage des mauvaises herbes dans un champ est utile pour connaître les raisons de la survie des mauvaises herbes après une application d’herbicide. L’historique du champ, la biologie des mauvaises herbes, l’environnement, les paramètres d’application, les pratiques culturales et la résistance aux herbicides sont des facteurs qui peuvent contribuer à la survie des mauvaises herbes après un traitement herbicide. Les symptômes peuvent différer d’une observation à l’autre selon que la résistance est faible ou élevée. Par ailleurs, lorsqu’on confirme tôt la présence de résistance aux herbicides et que l’on retire les mauvaises herbes résistantes manuellement, on peut ainsi diminuer la propagation de ces mauvaises herbes, ce qui réduit par conséquent les coûts associés au désherbage.

Référence

http://www.wssa.net/LessonModules/herbicide-resistant-weeds/index.htm

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s